mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterToday114
mod_vvisit_counterYesterday82
mod_vvisit_counterThis week293
mod_vvisit_counterLast week1159
mod_vvisit_counterThis month1901
mod_vvisit_counterLast month2226
mod_vvisit_counterAll days715213

We have: 5 guests, 1 bots online
Your IP: : 54.89.187.28
 , 
Today: Décembre 18, 2018

Du Cynisme!

de Hugues Lethierry, Populariser la philo

Ça ne t’a pas échappé, lecteur : Diogène c’est pas pour les chiens ! Loin de pompeux pensums soporifiques, étriqués, truqués, le livre, tel un Gps, nous oriente dans le cynisme antique. « In dog we trust », ce pourrait être la devise (« cynique » vient de cinos = chien). Quant à Hipparchia (jouée par Clémentine Stépanoff)… tu la découvriras…

 

Le petit dernier des Philousophes !


Parlons-nous d’un temps que les moins de 2 500 ans ne peuvent pas comprendre ? Rien n’est moins sûr, tant nos facétieux et séditieux philosophes, « sans dents » peut-être mais non sans crocs ni griffes, ne sont pas « bruts de décoffrage » et dénoncent notre attirance pour la tyrannie.
Bref, loin de s’enfermer dans des références intimidantes ou de tomber dans la démagogie en vogue chez certains « vulgarisateurs », le livre élargit l’horizon philosophique en ayant recours au théâtre, à la peinture, à la nouvelle policière.
Dérangeantes, vertigineuses et drôles, les réparties cyniques nous font sortir du cercle où nous sommes enfermés dans les quartiers du monde.

Il faut imaginer Diogène nombreux.
Et lire et offrir ce livre nourrissant !